L’interdiction des gobelets en plastique à usage unique

 

 Historique

Depuis 2015, le gouvernement Français et l’Union Européenne ont pris de nombreux engagements dans le but de réduire considérablement l’utilisation des objets jetables en plastiques.

En 2017 déjà, la loi sur la transition énergétique et la croissance verte interdisait la distribution des sacs de caisse en plastique à usage unique et prévoyait un plan d’action contribuant à la réalisation des objectifs du Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies.

A cet effet, les États membres sont tenus d’assurer une gestion écologique de leurs déchets mais également de prévenir et réduire les déchets déjà présent dans l’environnement marin afin d’être le point de départ d’une normalisation au niveau mondial.

Actuellement dans l’Union Européenne, près de 85% des déchets sauvages dans le milieu maritime sont en plastique, et les produits en plastique à usage unique représentent 50% de ce total.

Ces produits, rarement recyclés, sont un vrai danger pour la faune et la flore mais également pour la santé des Hommes. En effet, le plastique mets des centaines d’années avant de se dégrader intégralement, il est donc ingérer par les animaux et les sols bien avant, jusqu’à ce qu’ils arrivent directement dans notre chaîne alimentaire.

Face à l’urgence de la situation et le volume scandaleusement élevé des déchets plastiques actuellement dans la nature, le gouvernement a décidé d’agir et de durcir les nouvelles normes mises en place depuis quelques années.


5 milliards !

C’est le nombre de gobelets plastique jetés en France chaque année.

 

Haute comme 25 tours Eiffel !

C’est la taille qu’atteindrait une pyramide de gobelets plastiques usagés sur une année.

 

 

Seulement 1% des gobelets recyclés !

Et pour les autres ?

50% sont enfouis dans les décharges tandis que les autres sont, soit incinérés, soit jetés dans la nature.

 

 

500 ans !

Pour qu’un gobelet plastique se dégrade complètement dans la nature

quand un gobelet biodégradable n’a besoin que de 105 jours.

 

 

De 2 Kg à 5 Kg !

C’est le poids annuel des gobelets plastique jetés par 1 français.

 

 

4 fois plus de ressources !

Les gobelets jetables en plastique utilisent 4 fois plus de ressources que les gobelets compostables ou biodégradables.

 

 

 

Que dit la loi ?

Le 22 Juillet 2019, le Parlement a définitivement adopté l’interdiction des gobelets plastique au 1er Janvier 2020.

A cette date, tous les gobelets plastique devront être remplacés par des gobelets en carton compostables ou biodégradables ; à l’exception de ceux déjà « compostables en compostage domestique et constitués, pour tout ou partir, de matières bio-sourcées. »

La liste des produits plastiques à usage unique interdit s’allonge donc pour inclure la vaisselles en plastique dont les gobelets, couverts et assiettes jetables en plastique.

Cette décision s’inscrit dans une stratégie de mise en place d’une économie circulaire promut par l’Union Européenne dans laquelle : « la conception et la production des matières plastiques et des produits en plastique respectent pleinement les besoins en matière de réemploi, de réparation et de recyclage, et dans laquelle des matériaux plus durables sont élaborés et promus. » (Directive du Parlement Européen et du Conseil de l’Union Européenne du 5 Juin 2019).

 

 

 

Et pour demain ?

L’objectif étant d’établir des modes de consommation et de production durables sur le long terme, le gouvernement pense déjà à demain et aux autres produits plastiques ou dérivés mettant chaque jour notre planète en danger.

Conformément à la directive Européenne du 5 Juin 2019, l’objectif du gouvernement est d’étendre cette interdiction, d’ici à 2021, aux produits tels que ;  les contenants alimentaires en polystyrène expansé (emballages alimentaires) mais également d’autres produits à usage unique comme les bâtonnets mélangeurs, les tiges de ballons gonflables ou encore les piques à steak.

D’ici 2025, ce sont les bouteilles en plastique destinées aux boisson qui devront être récupérées à hauteur de 90%.

La ligne de conduite est claire ; les États membres doivent réduire radicalement l’utilisation de récipients alimentaires en plastique, quels qu’ils soient, pour se tourner vers des solutions plus respectueuses de l’environnement : matières recyclées, bio sourcées, compostables ou biodégradables.

 

 

 

Sources :